samedi 19 septembre 2009

Angélique et Cigüe




Angélique des bois ou Cigüe, ce scarabée ne semble pas être préoccupé par la question ...




et pourtant ces deux traîtresses ont des propriétés bien différentes !





L'Angélique des bois et la Cigüe sont toutes deux des ombellifères fleurissant en été. Leur feuillage denté est porté sur des tiges droites et striées. Elles peuvent mesurer entre 1 et 2m. Leur environnement est assez semblable, nous les rencontrons dans les prairies et sur les bords des chemins. Toutefois, la Cigüe affectionne plus particulièrement les sols argileux.

Si l'Angélique des bois est connue pour ses propriétés aromatiques et médicinales, ses sucs peuvent provoquer des inflammations de la peau très désagréables. Quant à la Cigüe, il est préférable de se limiter à la regarder car c'est une plante très toxique !






J'ai souvent rencontré le fenouil sauvage au port également délicat, au fin feuillage très découpé et vert bleuté, aux inflorescences jaunes, auprès des gracieuses ombelles blanches. Un duo de charme tout en harmonie !


A bientôt !

7 commentaires:

  1. jolies photos de ces 2 cousines...les scarabées sont sans doute moins sensibles que nous au poison de la cigüe...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour votre blog est une bien jolie balade de fraicheur , j'aime beaucoup les photos et les explications ...je reviendrai avec plaisir bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  3. coucou, très jolie ces fleurs blanche et super le scarabé très beau ! bon dimanche

    RépondreSupprimer
  4. Il existe plusieurs ombellifères sauvages, je les confonds toutes. Je ne me risquerais pas à les toucher.

    RépondreSupprimer
  5. Les ombellifères blanches! J'ai encore du mal... et dans le doute, je ne touche pas, mais je photographie!
    PS: ton insecte est bien un coléoptère: c'est un cétoine doré.

    RépondreSupprimer
  6. J'adore les ombellifères mais suis bien incapable de les reconnaitre, j'aime particulièrement celle qui sent la carotte sauvge. Quant à la cigüe, on en parle beaucoup dans les romans policiers car elle se confond avec le persil, mais pareil, j'ai beau avoir la théorie (des points noirs ?) je suis incapable de ne pas me tromper.
    De toute façon je ne fais de la soupe qu'avec le cerfeuil, le persil ou la coriandre.
    Du fenouil sauvage dis tu, en jaune ? J'en ai photographié, je crois, au bord de l'autoroute A6, mais n'ai pas songé à le sentir.

    RépondreSupprimer